Vaccination : vérifier vos pratiques !

24 janvier 2020 - Emeline Vienot

La vaccination par eau de boisson nécessite un certain savoir-faire. L’accompagnement des organisations de production sur le terrain depuis plusieurs années a permis au laboratoire Elanco d’identifier les points clefs sur lesquels l’éleveur doit être particulièrement vigilant :

A la mise en place du lot  : réception et stockage du vaccin (entre 2°C et 8°C au coeur du réfrigérateur), il existe des thermomètres connectés pour surveiller la température des frigos ;

Une semaine avant la vaccination : Relever l’eau consommée durant les 3 heures après l’allumage des néons (hors jour et lendemain de jeûne). Vérifier le réglage du matériel (pompe/bac) et du débit des pipettes ;

Deux jours avant la vaccination : Anticiper la coupure du système de traitement de l’eau (hors eau de réseau) ;

Un jour avant la vaccination : Préparer la solution vaccinale selon le volume relevé (3 premières heures après allumage jour et lendemain de jeûne), neutraliser le chlore résiduel (dosage sur la base du volume total d’eau qui sera consommé), relever les pipettes/abreuvoirs à la coupure ;

Le jour de la vaccination : reconstituer le vaccin à raison d’une dose par animal (matériel propre à usage exclusif et non désinfecté, mains propres, sans désinfectant, port de gants préconisé, eau minérale). La vaccination aura lieu hors jour et lendemain de jeûne.

La purge doit être un réflexe pour l’éleveur. Les volumes morts sont importants et s’ils ne sont pas évacués, ce sont les premiers animaux qui seront pénalisés et n’auront pas accès au vaccin. La solution vaccinale doit être bue en deux heures.

Après la vaccination : pousser la solution vaccinale à l’aide d'un bac d’eau avec du neutralisant. Remettre en route le traitement de l’eau en fin de journée.

Au fil de ses années de pratique, le Dr Oriane Malburet-Vye a également observé quelques erreurs fréquentes en matière de vaccination par eau de boisson : mauvaise gestion de la coupure d'eau, erreur dans le relevé des consommations d'eau la veille de la vaccination, maintien du traitement de l'eau de boisson (acides), absence de purge des lignes. La vétérinaire insiste sur un point : « L'éleveur doit circuler dans le bâtiment pour inciter les animaux à consommer la solution vaccinale dans les délais impartis (deux heures), il faut compter en tout trois heures pour vacciner le lot par eau de boisson ». Elle recommande l'ajout d’un traceur « bleu » à la solution vaccinale pour contrôler le bon déroulement de la vaccination. 

Plus d'informations dans le numéro de février de Filières Avicoles

DE L’ÉLEVAGE A LA TRANSFORMATION DES VOLAILLES ET DES ŒUFS

● L’actualité forte et les données économiques de chaque filière
● De nombreux reportages en élevages et dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion

Profitez d'une offre découverte 3 mois