Tabatières : Et si la lumière venait du ciel ?

11 décembre 2020 - Filières Avicoles

Les ouvertures sur le toit ou tabatières offrent une alternative pour les bâtiments où l’espace disponible sur les murs ne serait pas suffisamment important. Le point avec Fabrice Poisbeau, directeur de Sodalec Distribution.

En quoi consiste le système de tabatières Sodalec Distribution?

Ce système de tabatière, c’est des caissons qui viennent s’insérer au niveau du toit pour apporter des puits de lumière. Ces caissons sont composés de deux plaques en polycarbonate translucide, une à l’intérieur et une à l’extérieur, ce qui permet d’isoler complètement le bâtiment.

Le côté intérieur est équipé de volets en polystyrène noir occultants, mobiles, en forme de chicanes. Ces volets peuvent être ouverts ou fermés, avec des positions intermédiaires permettant de gérer la quantité de lumière entrante. Une fois fermés, ils bloquent complètement l’entrée de lumière. Le polystyrène noir assure également une isolation totale lorsque ces volets sont fermés.

Est-ce adapté aux bâtiments neufs et/ou à la rénovation ?

Aujourd’hui, installer des fenêtres nécessite d’avoir de la place sur les côtés du bâtiment. Or, dans certains cas, les bâtiments ne sont parfois pas très hauts, disposent déjà de trappes de ventilation ou de ventilateurs et n’ont plus assez de place pour mettre toutes les fenêtres nécessaires. Les tabatières, par leur positionnement au plafond, contournent ce problème. Donc elles peuvent être mises sur des bâtiments neufs, mais surtout en rénovation, notamment lorsque l’existant ne permet pas de mettre des fenêtres.

La luminosité est-elle la même qu’avec des fenêtres ?

Tout le monde s’accorde à dire que la lumière naturelle améliore le confort des animaux et de l’éleveur. En revanche, il faut absolument éviter les entrées de lumière au soleil levant ou couchant. C’est un problème qu’on a notamment avec les fenêtres, avec des endroits dans les bâtiments où la lumière sera rasante, ce qui va créer des mouvements d’animaux. À l’inverse, avec les tabatières, comme la lumière vient du plafond, elle est plus homogène, sans gêne pour les animaux.

Le coût des tabatières est-il comparable à celui des fenêtres ?

En général, le système coûte moins cher que les fenêtres (autour de 20 €/m2 contre 12 à 16 €/m2 pour les tabatières). En rénovation, l’agriculteur fait souvent une partie des travaux lui-même. Et dans ce cas, l’installateur peut gérer uniquement la partie finition et la commande, et l’éleveur peut s’occuper de la préparation.

Le système est-il automatisé ?

Les ouvrants sont gérés par un système de tringles, raccordé à un câble. Ce câble peut être lui-même raccordé à un treuil manuel, mais très souvent, on pose une motorisation électrique qui permet d’automatiser l’ouverture et la fermeture, soit en fonction de créneaux horaires, soit en fonction des conditions de luminosité.

La demande va plutôt vers de l’automatisation, car les éleveurs ne passent pas forcément plusieurs fois par jour dans les bâtiments.

C’est assez facile à automatiser, car les occultants sont légers, donc le treuil électrique n’a pas besoin d’être très puissant, contrairement aux fenêtres.

Quelle surface d’ouverture conseillez-vous ?

Les différents cahiers des charges imposent un minimum de 3 % de la surface. Souvent, on met un peu plus, car cela permet d’avoir quelque chose d’homogène avec une répartition correcte dans le bâtiment. Donc on est généralement autour de 3,2 ou 3,3 % de la surface du bâtiment.

Combien de bâtiments avez-vous équipés ?

Cela fait trois ans que l’on commercialise ce produit, on a plusieurs dizaines de bâtiments équipés. On a cependant une contrainte avec les cahiers des charges de certaines OP (Nouvelle Agriculture, Nature d’Éleveur) qui imposent des fenêtres sur les côtés. Nous sommes donc en discussion avec ces organisations pour faire reconnaître les avantages des tabatières et avoir un aménagement de cahier des charges. Il est possible d’imaginer un mixte entre des tabatières qui apportent beaucoup d’avantages, et quelques fenêtres pour rester dans l’esprit du cahier des charges. Mais sans dépasser les 3% demandés. Ce serait un bon compromis pour tout le monde, y compris au niveau technique.

Quel retour des éleveurs avez-vous sur l’utilisation des tabatières ?

C’est très positif. On retrouve tous les avantages de la lumière naturelle au niveau des animaux, avec de la mobilité, des comportements avec du grattage au sol. On a de bons retours également concernant le confort des éleveurs qui trouvent que la lumière est plus homogène et que le système est simple et pratique à utiliser.

Abonnement Filières Avicoles

DE L'ÉLEVAGE À LA TRANSFORMATION DES VOLAILLES ET DES ŒUFS

● L'actualité forte et les données économiques de chaque filière
● De nombreux reportages en élevages et dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion

Profitez d'une offre découverte 3 mois