Olivier Brault veille à la pression d'eau dans ses lignes de pipettes

8 mars 2021 - Emeline Vienot

Olivier Brault, éleveur de poulets lourds sur la commune de La Bazouge en Ille-et-Vilaine, a fait le choix en 2017 d'un bâtiment « tout béton » de 18 m de large en ventilation bilatérale et « tunnel » l'été.

« La première année, la litière était compliquée à maîtriser le temps que le béton sèche, mais depuis, elle se tient bien », rapporte-t-il. Il a opté pour une litière 100 % copeaux (22 m3 pour 1 800 m2) et réalise quelques rajouts en cours de lot l'hiver (l'équivalent de 4 m3) sur des zones ciblées : sous les lignes de pipettes et d'assiettes, dans les angles du bâtiment (zones un peu moins bien ventilées).

Les premiers rajouts interviennent vers 15-20 jours, et s'étalonnent jusqu'au départ des femelles à 35 jours. « J'ai l'habitude de travailler la litière quotidiennement lorsque je passe dans le bâtiment en traînant des pieds afin d'éviter la formation de croûtes et conserver une litière souple. Vers 10-15 jours d'âge, les animaux commencent à gratter eux-mêmes la litière », précise-t-il.

L'éleveur a enregistré des taux de pododermatites plus ou moins bons selon les lots. Un facteur critique qu'il a pu identifier tient à la pression d'eau dans ses lignes de pipettes, Olivier l’a ainsi réduite afin de limiter le gaspillage et préserver la qualité de litière le plus longtemps possible (20-25 jours). 

Plus d'informations dans le numéro de mars de Filières Avicoles
Abonnement Filières Avicoles

DE L'ÉLEVAGE À LA TRANSFORMATION DES VOLAILLES ET DES ŒUFS

● L'actualité forte et les données économiques de chaque filière
● De nombreux reportages en élevages et dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion

Profitez d'une offre découverte 3 mois