Mouches et poux rouges versus prédateurs

4 avril 2022 - Maëva Jégou

Après de longues années de cohabitations entre poux, mouches, poules pondeuses et éleveur, Freddy et Sandrine Barreteau se sont lancés dans l’utilisation de prédateurs de poux et de mouches afin de les éliminer. Un travail de longue haleine récompensé, dans l’un des deux poulaillers les poux sont absents, dans l’autre la pression a baissé, et les mouches sont également limitées, sans avoir utilisé d’insecticides.

« Les poux se logent dans tous les interstices même le nettoyage et la désinfection lors du vide sanitaire ne suffisaient pas pour s’en débarrasser », déplore Freddy. Leur technicien (Avi -Loire), a pensé à l’élevage de Freddy quand la société Appi l’a contacté, « nous n’avions rien à perdre, cela faisait plusieurs années que nous luttions contre les mouches et poux ainsi l’essai avec les solutions de lutte biologique Appi a débuté en 2016 », précise Freddy.

Des recherches ont été initialement menées à l’université d’Amsterdam par Maus Sabelis qui ont identifié dans des nids de moineaux deux prédateurs de poux, la collecte des prédateurs a été réalisée par Damien Morel sur le site du CNRS de Chizé (79). Appi a appris à élever ces prédateurs. « Les deux prédateurs, Androlis et Taurus Pro sont naturellement présents dans les nids de la faune sauvage, l’un préfère les endroits secs et l’autre les endroits humides », détaille Damien Morel.

« Nous utilisons des seaux avec du son de blé dans lesquels nous produisons les prédateurs. Ils sont ensuite conditionnés dans différents formats en fonction du nombre de poules pondeuses. La dispersion se fait à la volée et des sachets aimantés à positionner dans les nids », indique-t-il. D’après Freddy, ce n’est pas plus chronophage que de pulvériser un antiparasitaire chimique. Ceci est d’autant plus vrai que Freddy a mis en place un réseau de tuyau lui permettant la diffusion « rapide » d’insecticide, en condition standard (pulvérisateur), l’utilisation des prédateurs est un gain de temps.

Lors du nettoyage, avant d’utiliser les prédateurs de poux, « quand on avait nettoyé trois quarts des nids ça nous courrait sur les bras. Aujourd’hui on ne voit plus de poux la pression a beaucoup baissé », se satisfait-il. D’après Damien Morel, les prédateurs ont l’avantage d’aller « chercher » le pou même dans ses cachettes, « et là où un produit chimique n’a pas accès tel que sous les tapis des nids », confirme Freddy. Selon ce dernier aucune solution miracle n’existe afin de lutter contre ce nuisible cependant l’observation et la modification de l’équipement combinée à l’utilisation des prédateurs fonctionne sur le long terme.

Plus d’informations dans le numéro Filières Avicoles de mars-avril 2022
Filières Avicoles - Formules d'abonnement

DE L'ÉLEVAGE À LA TRANSFORMATION DES VOLAILLES ET DES ŒUFS

● L'actualité forte et les données économiques de chaque filière
● De nombreux reportages en élevages et dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion

Profitez d'une offre découverte 3 mois