Les points clés pour une bonne qualité de litière

13 juin 2020 - Filières Avicoles

Choix du support et du sol, gestion de la ventilation et de la consommation d’eau sont autant de facteurs qui permettent de jouer sur la qualité de la litière. Laurent Goethal, responsable technique Sanders Ouest, propose quelques conseils pour avoir une bonne qualité de litière.

Quels sont les points stratégiques en matière de gestion de la litière ?

Si on parle du poulet tout-venant de 35 jours ou d'un poulet lourd abattu à 46 jours, le support de litière est très important. Les tests montrent que le meilleur support de litière reste la sciure, puis le copeau de bois. On peut aussi mettre de la miette de sciure au départ puis du granulé de sciure ensuite. La problématique de ce support est de trouver la source, puisque le granulé de bois est aussi fortement valorisé comme combustible à chaudières.

Concernant le sol, l’idéal reste le sol béton, car il permet d’utiliser une quantité de litière moins importante, et d'utiliser donc moins de consommables. Si le béton coûte un certain prix à l’investissement (autour de 25€ m2), il permet d’économiser par la suite sur la litière de façon importante.

Quand on parle de support litière, on parle qualité des pattes, des coussinets et des taux de pododermatites. Et à ce sujet, on constate chez nos éleveurs et en abattoirs, qu’avec la sciure, le copeau ou encore le bouchon de sciure, de miscanthus ou de paille (moins absorbant), les taux de pododermatites diminuent.

Maintenant, un bon support de litière ne suffit pas pour avoir de belles pattes. La gestion de la ventilation est également importante pour éliminer le surplus d’humidité dans le bâtiment.

Ensuite, le dernier facteur qui n’est pas à négliger, c’est la gestion de la consommation d’eau. Il faut avoir un matériel qui soit optimum, privilégier les pipettes multidirectionnelles, avec ou sans coupelle. La consommation d’eau doit être gérée au quotidien par tête et non au global, pour pouvoir faire un ratio avec l’aliment composé.

Où se trouve l’équilibre entre une bonne litière et une bonne consommation d’eau ?

Avec les datas de suivi des éleveurs, on constate qu’un ratio eau/aliment proche de 1,9 – 2 signifie que les animaux consomment plus qu’ils ne devraient. Le ratio idéal se trouve entre 1,7 et 1,8.

Sur quels facteurs peut-on jouer pour approcher ce ratio idéal ?

Si l’on constate une quantité d’eau importante dans les coupelles ou au sol, il y a probablement un problème de pression ou d’âge des pipettes. On sait qu’une pipette, au-delà de cinq ou sept ans, va avoir un débit moins cohérent. Il faut donc changer les pipettes au bout de cinq à sept ans, pour avoir un débit bien contrôlé et éviter les risques de fuite.

Il faut savoir aussi que le poulet Ross (308 ou PM3) est un animal qui consomme plus qu’il ne devrait. S’il n’est pas rationné un minimum, avec une gestion rigoureuse du matériel (débit, hauteur des pipettes), le poulet aura tendance à se servir plus qu’il n’aurait besoin, ce qui va générer des problèmes d’humidité de litière, donc un dégagement de CO2 et de NH3, et va nuire à la performance des animaux à la fin du lot.

ELO Élevage

Participez aux 1ères rencontres connectées de l'élevage

  • Les webconférences thématiques
  • L'espace d'exposition des fournisseurs
  • Le stand réservé aux innovations
  • Les animations avec jeu-concours

Découvrez l'événement et inscrivez-vous gratuitement