L’effet extra-phosphore chez les poulets

14 janvier 2021 - Françoise Foucher

Yuming Dersjant-Li, une chercheuse de Dupont Nutrition et Biosciences se penche sur les effets phosphorique et extra-phosphorique de la phytase.

La phytase a deux modes d’action : « L’effet phosphorique, qui est le résultat de la libération du phosphore et l’effet extra-phosphorique, qui combine les résultats des autres effets de la phytase et montre un effet sur la digestibilité des autres nutriments. Pour atteindre cet effet extra-phosphorique la phytase doit être active dans la partie haute du tube digestif pour briser la phytate rapidement et complètement afin de réduire son effet anti-nutritionnel », rappelle Yuming Dersjant-Li, chercheuse dans l’équipe Innovation globale chez Dupont Nutrition et Biosciences. Elle a présenté les résultats d’un essai sur des poulets mâles Ross 308 (16 par répétition avec 6 répétitions et 12 traitements) qui compare deux types de phytases : la phytase issue de Buttiauxella sp produite par Trichoderma reesei (Axtra PHY) et une phytase E. coli produite par Pichia pastoris toutes deux à 4 doses d’incorporation différentes. Tous les régimes avaient les mêmes niveaux d’énergie métabolisable et de matière azotée totale, seuls les niveaux de phosphore et calcium étaient différents. Le régime témoin négatif affichait 2 900 kcal/kg EMAn, 21 % MAT, 0.43 % P total, 0,18 % P digestible, 0,25% P phytique ; les régimes testés ont vu leurs niveaux de phytase ou phosphore minéral augmentés.

Ses résultats démontrent l’effet phosphorique : « L’ajout de phosphore inorganique a significativement amélioré la rétention du phosphore. Les doses croissantes des deux phytases ont augmenté la rétention de P comparativement au régime témoin. Enfin, la phytase issue de Buttiauxella à 1 000 FTU/kg a permis une meilleure rétention de phosphore que la phytase issue d’E. coli. »

Quant à l’effet extra-phosphorique, ces résultats montrent que l’effet des phytases sur la digestibilité des acides aminés n’est pas équivalent pour les deux phytases : « L’augmentation de la dose de phytase issue de Buttiauxella a accru linéairement la digestibilité des acides aminés, ainsi que l’énergie métabolisable, contrairement à l’ajout de phosphore minéral : cette réponse est donc bien le fait de l’effet extra-phosphorique de la phytase. » 

Plus d’informations prochainement dans Filières Avicoles
Filières Avicoles - Formules d'abonnement

DE L'ÉLEVAGE À LA TRANSFORMATION DES VOLAILLES ET DES ŒUFS

● L'actualité forte et les données économiques de chaque filière
● De nombreux reportages en élevages et dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion

Profitez d'une offre découverte 3 mois