Essais en alimentation 100 % bio

25 mai 2020 - Emeline Vienot

En bio, les aliments faibles en méthionine engendrent une augmentation de la consommation, selon plusieurs essais de l’Itavi et l’Inrae.

Des essais ont montré que les poules recevant un aliment déficitaire en méthionine, avaient tendance à consommer plus pour compenser (+6 à 10 g selon les souches). C’est le cas avec les aliments 95% bio (84% des besoins en acides aminés soufrés couverts) et 100% bio (82 % des besoins en acides aminés soufrés couverts). « La poule peut consommer plus, mais pas indéfiniment et encore moins l’été », nuance Sarah Poirot (Provimi). Ainsi, l’augmentation de l’ingéré ne suffit pas à compenser, et l’alimentation 100% bio risque de renforcer les écarts de performances de ponte observés par rapport au standard, ainsi que les problématiques de picage et d’emplumement, met-elle en garde.

Un essai réalisé à Inrae sur des poules nourries pendant 36 semaines avec un aliment terrain 100 % bio dégradé en méthionine (-0,3g/ kg de méthionine par rapport aux recommandations Provimi) s’est accompagné d’une chute de ponte de l’ordre de 4 points, d’une baisse du calibre d’1,4 gramme et d’une baisse de la masse d’œuf exportée. Une hausse de la consommation d’aliment de 5g/poule a par ailleurs été enregistrée par rapport à un aliment 95% bio (+29 points d’IC, +11%). Un autre essai Itavi mené sur 1000 poules brunes sur la période 20-41 semaines avec un aliment dégradé en méthionine a généré une dé gradation de l’indice de consommation de 20 points (3,10 avec l’aliment 100% bio), une augmentation de la consommation de 7 grammes/poule. 

Plus d'informations prochainement dans Filières Avicoles

DE L’ÉLEVAGE A LA TRANSFORMATION DES VOLAILLES ET DES ŒUFS

● L’actualité forte et les données économiques de chaque filière
● De nombreux reportages en élevages et dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion

Profitez d'une offre découverte 3 mois