N°841 Mai 2020

5 septembre 2019 - Filières Avicoles

A LA UNE Rencontre : Mode d’emploi pour travailler en toute sécurité - Tête à tête : Les questions à se poser avant d’investir dans du neuf - Les Gens - Vie des entreprises - Les Brèves

ECONOMIE - Marché : Canard de Barbarie: les stocks congelés proches de la saturation - Les graphes - Les brèves

FILIÈRES - Dossier abattoirs : Les principaux groupes volaillers en 2019 - À Losse, Ronsard a fait peau neuve

TECHNIQUE - Porte ouverte : Les frères Riou réduisent leur dépendance au gaz - Environ 40 % de blé entier dans la ration des poulets hollandais

Ce mois-ci : Des conseils pour travailler en toute sécurité

L'EDITO 

Déséquilibre...

Si depuis le début du confinement, chacun a dû trouver un nouvel équilibre à titre personnel et la meilleure manière de continuer à maintenir son activité professionnelle, on peut en revanche parler de véritable déséquilibre en ce qui concerne l'impact du Covid-19 sur le secteur avicole...

Déséquilibre entre les filières de production... En chair, certaines espèces comme le canard à rôtir, la pintade, le pigeon et la caille, surtout consommées en restauration hors domicile, vivent aujourd’hui des heures noires. Par ailleurs, la filière foie gras, déjà éprouvée par les récentes épizooties d'Influenza aviaire, n'avait pas non plus besoin de ce nouveau coup dur, qui est venu anéantir le regain de ventes d'ordinaire observé à Pâques.

A côté de cela, les filières poulet, dinde et œufs sortent leur épingle du jeu et ont même eu du mal à satisfaire la demande les premières semaines de confinement face à la brusque augmentation des commandes en provenance des GMS. Galliance (groupe Terrena) a ainsi vu ses ventes augmenter en GMS de 15 % et selon Nielsen (source industriel), LDC a vu son chiffre d'affaires en GMS progresser de plus de 27 % sur la période allant du 9 mars au 5 avril. Néanmoins, au global, les volaillers annonçaient une baisse d'activité de l'ordre de 5 %...

Un déséquilibre palpable y compris intra-filière : les ventes de poulets certifiés ont en effet été pénalisées par la fermeture des rôtisseries, de même que les ventes de poulets à destination de la RHD.

Déséquilibre matière également car si les ventes de volailles entières et de filets se sont bien comportées en GMS, les cuisses ne rencontrent malheureusement pas le même succès. D'ordinaire, ces morceaux trouvent preneurs du côté de la RHD...

Tous ces déséquilibres ont bien sûr des conséquences néfastes à la fois pour les éleveurs confrontés à une augmentation des vides sanitaires, et les abattoirs pour certains contraints d'arrêter ou de réduire leur activité, mais aussi de recourir à la congélation.

Face aux difficultés économiques à venir, Jean-Michel Schaeffer, président de l'interprofession volailles de chair Anvol, a demandé aux Pouvoirs publics des aides financières et la limitation des importations de volailles de manière temporaire. Mais quelle sera la marge de manœuvre de l'Etat ? Les sollicitations risquent d'être nombreuses, avec des secteurs d'activité qui seront sans doute encore beaucoup plus impactés que l'alimentaire...

DE L’ÉLEVAGE A LA TRANSFORMATION DES VOLAILLES ET DES ŒUFS

● L’actualité forte et les données économiques de chaque filière
● De nombreux reportages en élevages et dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion

Profitez d'une offre découverte 3 mois