N°832 Juillet-Août 2019

5 juillet 2019 - Filières Avicoles

A LA UNE - Evénement : Travailler ensemble dans l’intérêt de la filière - Tête à tête :  Replacer la dinde dans le quotidien des Français- Vie des entreprises : Rachat des abattoirs Volailles Rémi Ramon et Sofral par LDC- Les Gens - Les brèves

ECONOMIE - Marché : Production de volailles en progression - Les Graphes - Les brèves

FILIÈRES - Volailles de chair : Enjeux ambitieux pour Anvol - Les volailles Label Rouge à un tournant - Les Fermiers de Loué espèrent un “A” - Les volailles de l’Orléanais en ordre de marche

TECHNIQUE - Environnement : Les secrets pour bien aménager son parcours Management : Du confort du début à la fin… essentiel en dindes !- Les brèves : Le microbiote intestinal régule la réplication des virus IA chez le canard - Une station fixe pour le paillage

CE MOIS-CI : Des enjeux ambitieux pour la filière chair

L'EDITO 

Qualité et environnement, des domaines disputés...

Un nombre croissant de cahiers des charges intègre des critères de production allant dans le sens des attentes sociétales (sans antibiotiques, prise en compte du bien-être animal, utilisation raisonnée des intrants, traçabilité, matières premières locales) et les font valoir sur le plan marketing. Mais aux yeux des acteurs engagés dans les filières de production sous SIQO (Signe officiel d'identification de la qualité et de l’origine), auxquelles appartiennent les filières Label Rouge (garantie de qualité supérieure) et Biologique (garantie de respect de l’environnement), il peut y avoir un risque de confusion et de tromperie pour les consommateurs. Le fait est que les éleveurs sous cahier des charges SIQO sont soumis à des conditions de production strictes validées par l’État et des contrôles réguliers réalisés par des organismes indépendants agréés par l’État.

Par ailleurs, le Synalaf (Syndicat national des labels avicoles de France) redoute que l’article 24 de la loi Egalim relatif à l’objectif d’intégrer 50 % de produits respectueux de l'environnement (Bio/durables/SIQO*) en restauration collective (décret paru en avril 2019 avec application en 2022) ne bénéficie pas pleinement aux volailles Label Rouge et Bio.

De leur côté, les filières de production Label Rouge ont la volonté de ne pas réduire la qualité de leurs produits uniquement à la notion de goût, mais de faire valoir auprès des consommateurs une approche globale de la qualité. «  Le goût est complémentaire à toutes les promesses. Le Label Rouge est attendu sur de multiples qualités : pour certains, ce sera le respect de l'animal, pour d'autres, l'environnement, ou la qualité nutritionnelle, ou encore l'absence d'utilisation d'OGM ou d'huile de palme dans l'alimentation des animaux, ou le fait d'être équitable pour les producteurs », argumente Pierre Cabrit, président de Fedelis (Fédération française Label Rouge/IG/STG).

Une chose est sûre : les évolutions sociétales en marche et la propension des filières animales à y répondre, perturbent l’équilibre historique entre productions classiques et productions sous SIQO.

Émeline Viénot, Rédactrice en chef

DE L’ÉLEVAGE A LA TRANSFORMATION DES VOLAILLES ET DES ŒUFS

● L’actualité forte et les données économiques de chaque filière
● De nombreux reportages en élevages et dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion

Profitez d'une offre découverte 3 mois