Un groupe Facebook pour les professionnels du monde avicole

10 novembre 2019 - Filières Avicoles

Tout juste diplômé d’Avipole Formation, Armand Aubron se lance dans la création d’un groupe Facebook destiné aux professionnels du monde avicole. L’objectif : générer du lien pour apporter un soutien technique, mais aussi moral entre aviculteurs. Deux semaines après le lancement, le groupe comptait déjà 265 abonnés et un forum de discussion bien actif.

Comment est née l’idée de créer ce groupe ?

L’envie est partie d’une discussion entre amis et du constat que les aviculteurs sont souvent livrés à eux-mêmes, et que les occasions d’échanger entre eux sont peu nombreuses. Il y a bien sûr les passages de techniciens, les salons et les réunions de coopératives, mais ça s’arrête là.

J’avais envie de créer du lien entre les aviculteurs professionnels, pour leur permettre de partager leurs connaissances.

Par ailleurs, les éleveurs subissent aujourd’hui une grosse pression des groupes anti-élevage, de la médiatisation plus souvent négative que positive du monde agricole, en plus des pressions sanitaires, avec des règlementations toujours plus contraignantes, des pressions financières, des injonctions à toujours agrandir les élevages pour bien gagner leur vie… Dans un tel contexte, certains éleveurs ont parfois du mal à garder le moral. Ce groupe a donc aussi un rôle de soutien moral et de valorisation de notre métier.

Comment avez-vous démarré le projet ?

Au début, j’ai créé le groupe seul, puis des amis m’ont rejoint. Au cours du CS avicole (Conseiller spécifique d’élevage avicole), nous avons tous fait un apprentissage dans différentes entreprises en liens avec le monde avicole (Sasso, Hubbard, Le Helloco accouvage, Nutrea, Sanders, Huttepain, etc….). Ça m’a aidé à me faire connaître et à avoir de nombreux contacts dans les différentes organisations de production.

Quel est le profil de vos abonnés ?

Le groupe compte aujourd’hui (NDLR : 22 octobre) 265 abonnés. Environ 80 % d’entre eux sont des éleveurs avicoles professionnels. On compte aussi 10 % de techniciens. En enfin, les 10 % restants ont des profils un peu disparates, avec quelques vétérinaires, quelques fermes pédagogiques, etc. Le site est déjà bien actif avec des discussions techniques intéressantes qui génèrent beaucoup d’échanges.

Faites-vous une sélection dans les abonnés ?

Oui, nous souhaitons créer un réseau uniquement de professionnels et essayons de filtrer les militants anti-élevages. Nous avons également fait le choix de nous limiter à l’élevage français. Car au début le réseau a attiré beaucoup d’aviculteurs étrangers, mais les contraintes et les méthodes n’étant pas forcément les mêmes partout, les discussions s’éparpillaient. Nous avons donc décidé de restreindre l’accès aux professionnels exerçant en France, avec l’éventuel projet d’ouvrir plus tard un groupe spécifique de conseils et partages pour répondre à la demande des aviculteurs francophones étrangers.

Quels sont les sujets abordés ?

Ce sont surtout des questions techniques. Les adhérents soumettent leur problématique. Par exemple, dans l’une des dernières publications, un éleveur a eu des difficultés de démarrage dans son élevage de poulet. Il a posté des photos du bâtiment et du boitier de gestion d’ambiance, et tout le monde a pu donner son avis et proposer des pistes de solutions.

De nombreux sujets tournent aussi autour des pathologies, avec là aussi des envois de photos.

Toutes ces discussions sont très encourageantes. On constate que la plupart des éleveurs se posent sans cesse des questions : « Est-ce que j’élève bien mes volailles ? Est-ce que je suis dans les clous ? Etc. » Tout le monde cherche à s’améliorer. Bien sûr, il y a l’apport des techniciens, mais ce n’est pas toujours suffisant. En dialoguant ainsi, on arrive à collecter plein d’infos utiles et rapides.

Pour que chacun s’y retrouve, j’ai mis en place cinq groupes spécifiques : Canard / Pintade / Poulet et Dinde / Pondeuse Repro / Vente directe. Et je prévois prochainement avec les modérateurs du groupe de créer des pages annexes (ex : Pathologies, matériel et méthode avicole, etc.).

Vous-même, êtes-vous éleveur avicole ?

Je travaille avec mon père sur son exploitation avec un projet de reprise progressive, car la taille de l’exploitation est conséquente et difficile à assumer pour un jeune qui démarre. Je vais reprendre l’élevage de poulets de chair (standard et lourd) de 5000 m2 et mon père gardera la partie céréalière.

Avez-vous des projets pour votre exploitation ?

J’espère pouvoir améliorer les méthodes de travail. Ce groupe, je l’espère, nous permettra de partager notre expérience avec les membres et d’évoluer ensemble.

Pour rejoindre le groupe Facebook : Cliquez sur L'élevage avicole français

DE L’ÉLEVAGE A LA TRANSFORMATION DES VOLAILLES ET DES ŒUFS

● L’actualité forte et les données économiques de chaque filière
● De nombreux reportages en élevages et dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion

Profitez d'une offre découverte 3 mois