Volailles d'Albret se diversifie

A côté de ses productions traditionnelles, Volailles d’Albret commence à développer de nouvelles productions. 2018 a ainsi vu le démarrage des volailles bio. 100 000 têtes ont été produites au cours de l’exercice, soit 2 000 par semaine. La progression va se poursuivre avec pour objectif d’atteindre 6 000 volailles par semaine en 2021.

« Notre ambition en la matière reste raisonnable, indique le directeur Luc Berginiat, car il s’agit d’une production chère à produire et chère à acheter. Contrairement au poulet label qui se vend majoritairement en pièces entières, le bio est un produit de découpe consommé principalement par des célibataires urbains. C’est un marché de niche qui n’est pas loin d’avoir atteint un plafond de verre et nous ne voulons pas produire plus que ce que pourra absorber le marché. »

Parallèlement, la coopérative entend également se développer dans le poulet standard. Pour l’instant anecdotique dans le groupement qui misait jusqu’alors tout sur le label, la production devrait s’étoffer en 2019.

L’objectif à terme est de produire 30 000 volailles par semaine. « Nous sommes très attachés au label, reconnaît Luc Berginiat. Mais pour faire vivre un groupement, il faut répondre au marché. Or, le standard représente 64 % de la consommation française. »

Plus préoccupant, la moitié des poulets standards achetés en France viennent de l’étranger, sans réelle garantie pour le consommateur. « Si les clients ne consomment pas de poulet label, il nous paraît important qu’ils mangent au moins du poulet standard produit correctement en France ! »

Filières Avicoles - Formules d'abonnement

DE L'ÉLEVAGE À LA TRANSFORMATION DES VOLAILLES ET DES ŒUFS

● L'actualité forte et les données économiques de chaque filière
● De nombreux reportages en élevages et dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion

Profitez d'une offre découverte 3 mois