Transition vers l’œuf alternatif dans l’UE

7 février 2020 - Emeline Vienot

Tous les pays d’Europe sont concernés par la transition vers l’alternatif, de manière plus ou moins marquée et de manière plus ou moins avancée. En France, les œufs alternatifs représentent désormais 58 % des ventes en GMS, les œufs bio et plein air sont les plus plébiscités, toutefois le code 2 a fortement progressé en 2019 même si les volumes restent encore faibles. 

La transition vers l’alternatif est en cours aussi bien sur le territoire français que dans le reste de l’Europe, en lien avec les engagements pris par les clients des filières de s’approvisionner exclusivement en œufs alternatifs à l’horizon 2025. Néanmoins, toutes les filières n’en sont pas au même stade, avec d’un côté les pays d’Europe du Nord (Allemagne/Pays-Bas) où le code 2 représente la majeure partie de la production, ce dernier essuyant d’ailleurs de la part de certaines ONG des critiques sensiblement identiques à celles formulées pour les cages, rapporte François Cadudal (service Economie de l’Itavi). Et de l’autre, les pays ayant entamé plus tardivement leur transition vers l’alternatif avec deux cas de figure : la France et l’Italie dont le potentiel de production « cage » baisse fortement au profit de l’alternatif, tandis que l’Espagne et la Pologne gardent une partie de leur potentiel cages pour répondre à des marchés vers les pays tiers et certains pays européens, en plus de développer l’alternatif.

Plus d’informations dans le numéro de mars de Filières Avicoles

DE L’ÉLEVAGE A LA TRANSFORMATION DES VOLAILLES ET DES ŒUFS

● L’actualité forte et les données économiques de chaque filière
● De nombreux reportages en élevages et dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion

Profitez d'une offre découverte 3 mois