Space 2016 : bilan et premières indiscrétions techniques...

Malgré une légère baisse du visitorat, les exposants et les visiteurs ont mis en avant cette année la qualité de ce rendez-vous professionnel. Très satisfaits du volume d'affaires, ils ont jugé l'ambiance générale très constructive.

"Le Space reste un lieu d’expression pour les éleveurs de leur ressenti et de leurs besoins, en termes de matériels, mais surtout d’échanges, dans la tradition du salon d’il y a 30 ans", a rappelé le président Marcel Denieul.

Au total, 101 963 visiteurs ont foulé les allées du salon, dont 12 022 étrangers, soit un peu moins que l'an dernier (en 2015 : 106 226 visiteurs, dont 15 042 internationaux). Un repli que l'on attribue aux fêtes de l'Aïd el Kebir qui se sont déroulées la veille de l'ouverture du salon, ainsi qu'à un ensilage tardif selon les organisateurs. Le mardi, jour d'ouverture su salon, déjà 21 928 visiteurs étaient déjà présents. 1445 exposants ont participé à cette 30ème édition, dont 484 étrangers. 100 exposants ont été comptabilisés dans le secteur avicole. La participation des exposants s'est maintenue au même niveau que l'année passée (1 441 en 2015) qui était une année record à cet égard.

Des chiffres qui rejoignent les standards du Space, en particulier des années 2013-14.

tioneParmi les temps forts de cette 30ème édition, on retiendra notamment la remise d'un Innov'Space 3* à l'entreprise Tibot pour son robot d'assistance à la conduite d'élevage TiOne. Il s'agit d'un robot autonome à quatre roues motrices d’assistance à l’aviculteur dans ses tâches quotidiennes. Il intègre un système de géolocalisation lui permettant de suivre avec précision une trajectoire programmée au sein de l’élevage.Ses tâches sont d’animer le lot pour en augmenter la fertilité et d’éduquer les poules à aller dans le pondoir, afin de limiter le nombre d’œufs pondus au sol aujourd’hui déclassés qui représentent donc une perte de productivité sensible pour l’élevage. En fonction des besoins, il peut être équipé de différents accessoires, par exemple des griffes pour niveler et aérer la litière, des capteurs de collecte de paramètres environnementaux tels que température, humidité, pression, luminosité, CO2… pour garantir le bien-être animal. Enfin, ce robot permet de surveiller à distance l’élevage et d’alerter l’éleveur directement sur son smartphone en cas de paramètre non conforme.

Au total, 50 Innov'Space ont été décernés, dont 5 mentions spéciales.

space plate forme RDCette année dans le Hall 4, le thème de la plate-forme Recherche et Développement était "Produire demain - Climat - Energie - Territoire". En aviculture, il a été question d'isolation. Aujourd'hui encore, l'élevage de volailles reste peu émetteur direct de gaz à effet de serre (la part de la production de volailles dans les émissions agricoles directes s'élève à 5%). Les leviers d'action à la portée de l'éleveur reposent donc principalement sur les économies d'énergies fossiles. Objectif : réduire les émissions de CO2. Dans ce cadre, les experts attirent l'attention sur l'importance de la mise en oeuvre des matériaux isolants au moment de la construction afin d'éviter les ponts thermiques et les défauts d'étanchéité. Autre point de surveillance : la toiture, 70% des pertes de chaleur se faisant au plafond par convection.

"Une bonne isolation peut réduire la consommation de gaz jusqu'à 50%."

Petit rappel : le poste chauffage d'un poulailler de plus de 20 ans émet environ 31 kg de CO2 éq/m². Un renforcement de l'isolation avec l'ajout de mousse polyuréthane de 40 mm en sous toiture évite 23% de ces émissions. Pour un poulailler de 1 200 m², c'est aussi 1 800 € d'économie sur la facture de gaz annuelle, soit 700€/T de propane. Pour un poulailler neuf avec une telle isolation renforcée, seulement 11,6 kg CO2 éq/m² sont émis par le chauffage. Aujourd'hui, il est encore difficile de quantifier l'amélioration des performances techniques qui pourrait désormais être réalisée, mais la diminution des indices de consommation et le maintien de la qualité de la litière sont autant d'aspect à prendre en compte si l'on veut avoir une vision globale du potentiel d'atténuation de la filière volaille sur les émissions de GES.

Rendez-vous dans les prochains numéros de Filières Avicoles pour d'autres informations et compte-rendus de cette édition 2016...

Et du 12 au 15 septembre 2017 pour le 31ème anniversaire du Space !

 
Filières Avicoles - Formules d'abonnement

DE L'ÉLEVAGE À LA TRANSFORMATION DES VOLAILLES ET DES ŒUFS

● L'actualité forte et les données économiques de chaque filière
● De nombreux reportages en élevages et dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion

Profitez d'une offre découverte 3 mois