La première filière de protéines végétales naît en Bretagne

25 septembre 2020 - Filières Avicoles

En vue de réduire la dépendance des productions animales à l’importation de protéines végétales, Eureden, Tromelin et Valorex construisent la première filière de protéines végétales à l’échelle d’un territoire.

La création du groupement d’intérêt économique (GIE) « Services de Valorisation des Protéines » s’inscrit dans un contexte de dépendance forte des productions animales bretonnes à l’importation de matières végétales riches en protéines (> 16 % de matière azotée totale1).

À l’échelle nationale, près de 40 % des matières riches en protéines destinées à la consommation animale sont importées et ce taux de dépendance s’élève à près de 95 % pour la Bretagne.

Les enjeux d’une moindre dépendance nationale en protéines végétales sont d’importance :

• nationale : objectif de souveraineté alimentaire française inscrit dans la loi Egalim, stabilité économique du secteur agricole, pérennité des productions locales et sans OGM ;

• mais aussi mondiale : préservation de l’environnement et des écosystèmes planétaires (la savane du Cerrado au Brésil, qui renferme 5 % de la biodiversité mondiale, est menacée par la culture de soja et plus de 85 % de la déforestation en Amazonie est due à la production de soja).

C’est pourquoi Tromelin Nutrition, Eureden et Valorex ont souhaité coconstruire une filière de production végétale riche en protéines qui soit rentable et dont le modèle serait dupliqué à l’échelle du pays.

Ainsi, le GIE Services de Valorisation des Protéines (SVP) a été créé le 31 mars 2019. Un accord de partenariat tripartite détaillé a été signé le 16 juin dernier, mettant le groupement en ordre de marche.

De par leur intérêt agronomique, nutritionnel et environnemental, les légumineuses à graines (féverole, pois, lupin, soja) représentent une réelle opportunité de créer de la valeur en Bretagne et de répondre à la problématique de dépendance protéique.

Eureden, Valorex et Tromelin se sont associés à parts égales dans le Groupement d’Intérêt Économique « Service de Valorisation des Protéines » pour valoriser les protéagineux dans une filière construite tant sur le plan du développement végétal et animal que sur l’accès aux consommateurs de ses produits.

Le GIE SVP a donc pour objectif de réduire la dépendance globale aux protéines importées en développant le sourcing local sans pour autant restreindre de manière exclusive le périmètre d’approvisionnement à la Bretagne. Il vise également à réduire l’importation de soja en substituant ces protéines par des matières premières plus respectueuses de l’environnement.

Les objectifs poursuivis par le GIE SVP sont :

  • En végétal : Développer les cultures de protéagineux en Bretagne, améliorer les rendements, rémunérer les cultivateurs.
  • Sur le plan industriel : Développer de nouvelles technologies pour des graines hautement valorisables par chaque espèce animale.
  • Du point de vue zootechnique : Développer l’utilisation de protéagineux extrudés en remplacement du tourteau de soja importé, en ruminants et en monogastriques.
  • En aval : Valoriser le surcoût endossé par les éleveurs avec des filières adéquates, tout en répondant aux attentes sociétales autour de l’autonomie protéique.
Abonnement Filières Avicoles

DE L'ÉLEVAGE À LA TRANSFORMATION DES VOLAILLES ET DES ŒUFS

● L'actualité forte et les données économiques de chaque filière
● De nombreux reportages en élevages et dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion

Profitez d'une offre découverte 3 mois