Influenza aviaire : vers une obligation de mise à l’abri des animaux ?

15 février 2021 - Filières Avicoles

Face à ce nouvel épisode d’Influenza aviaire, la CFA, la FN Foie Gras, la FNSEA et JA appellent à renforcer la protection des élevages lors des  passage des oiseaux sauvages avec obligation de mettre à l’abri tous les palmipèdes pendant les périodes à risque.

Les aviculteurs du Sud-Ouest paient à nouveau un lourd tribut au passage de l’influenza aviaire sur le territoire français à l’occasion des grandes migrations d’oiseaux sauvages depuis la Scandinavie vers le bassin méditerranéen et l’Afrique du Nord. Le département des Landes est particulièrement touché avec 339 foyers, sur les 460 que compte la France.

 « Si la diffusion du virus est multifactorielle, il n’en demeure pas moins que la présence d’animaux d’élevage en nombre important à l’extérieur, pendant les périodes à risque, favorise « l’étincelle » qui peut conduire à la catastrophe », rappellent les professionnels dans un communiqué. Ils condamnent par ailleurs la multiplication des discours « visant à opposer les éleveurs ou à opposer les modèles d’élevages ». Une instrumentalisation de la crise « à des fins syndicales et politiques scandaleuse et délétère ». 

« L’élevage en plein air est dans les gènes de la filière foie gras, il n’est pas question de le remettre en cause, au contraire : si l’on veut préserver nos territoires, notre savoir-faire dans le Sud-Ouest, si l’on veut préserver cet élevage en plein-air qui fait notre fierté, il faut à tout prix que nous soyons en capacité de mettre nos animaux à l’abri lorsqu’il y a une élévation du niveau de risque ! » explique Benjamin Constant, président de la FN Foie Gras et secrétaire général adjoint de la CFA. « Les vétérinaires nous l’expliquent depuis longtemps : la mise à l’abri des animaux pour éviter le premier contact avec les migrateurs est une des mesures essentielles pour lutter contre la diffusion du virus. Bien sûr ce n’est pas la seule, nous devrons aussi travailler sur les densités d’élevages dans certaines zones bien identifiées, sur le respect des mesures de biosécurité, sur la vaccination etc. Prenons des décisions raisonnables et responsables pour tous. L’Etat doit légiférer rapidement pour rendre obligatoire la mise à l’abri des palmipèdes pendant les périodes à risque et supprimer la possibilité d’attribuer des dérogations aux élevages de moins de 3200 palmipèdes » ajoute-il. 

Un accompagnement financier pour faciliter la transition

Cette évolution nécessitera un accompagnement technique et financier. Les éleveurs, en particulier ceux avec peu d’animaux et avec des capacités d’investissement faibles ou en fin de carrière doivent être accompagnés dans ces changements, précise la profession, qui demande à ce que l’Etat et les Régions jouent leur rôle pour faciliter les investissements des éleveurs dans des bâtiments adaptés à leurs besoins pour leur permettre de protéger leurs animaux pendant les périodes à risques. « L'Etat doit aussi renforcer ses contrôles en matière de police sanitaire », ajoute-t-ils.

 

Abonnement Filières Avicoles

DE L'ÉLEVAGE À LA TRANSFORMATION DES VOLAILLES ET DES ŒUFS

● L'actualité forte et les données économiques de chaque filière
● De nombreux reportages en élevages et dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion

Profitez d'une offre découverte 3 mois