Influenza aviaire : Des communes en Vendée et Loire-Atlantiques situées en zones à risque particulier

2 novembre 2020 - Filières Avicoles

La France relève le niveau de risque et renforce la mise en œuvre de mesures de prévention dans les élevages de volailles.

Le virus influenza aviaire hautement pathogène H5N8 qui progressait depuis la Russie et le Kazakhstan, a été détecté le 20 octobre sur deux cygnes tuberculés aux Pays-Bas. Même si la France est à ce jour indemne d’influenza aviaire, ces cas alertent sur le risque d’introduction en France à partir de la circulation du virus dans les couloirs de migration actuellement empruntés par les oiseaux sauvages. Le Ministre de l’agriculture a décidé de relever le niveau de risque d’introduction du virus influenza de « négligeable » à « modéré » en France métropolitaine.

À compter du 26 octobre 2020, cette décision appelle pour tout le territoire de la Vendée :

  • au respect et à l'application la plus stricte des mesures de biosécurité (dont le nettoyage et la désinfection), en élevage et dans les transports ;
  • à une surveillance accrue de la part des acteurs professionnels, des particuliers détenteurs d’oiseaux et des chasseurs et à la plus grande vigilance pour une détection la plus rapide possible des cas cliniques : dans l’avifaune sauvage par le réseau SAGIR (Office français de la biodiversité et  fédération des chasseurs) ; dans les élevages, par les éleveurs, les techniciens de groupements et les vétérinaires ; dans les basses-cours par les propriétaires et les vétérinaires.

Il convient de surcroit de prendre les mesures complémentaires suivantes :

  • surveillance clinique quotidienne dans les élevages commerciaux ;
  • interdiction des compétitions de pigeons voyageurs ;
  • vaccination obligatoire dans les zoos pour les oiseaux ne pouvant être confinés ou protégés sous filet.

Par ailleurs, pour les  126 communes vendéennes  et 116 communes en Loire-Atlantique situées en zones à risque particulier (ZRT), c’est-à-dire abritant des zones humides fréquentées par les oiseaux migrateurs (cela correspond au marais breton, à la frange littorale et au marais poitevin - cf. carte), des mesures de prévention supplémentaires sont rendues obligatoires :

  • la claustration des volailles d’élevage ou la protection de celles ci par un filet avec réduction des parcours extérieurs, que les élevages soient commerciaux ou non (basses cours). Les élevages commerciaux peuvent bénéficier de dérogations, mais pas les élevages non commerciaux,
  • l’interdiction d’organisation de rassemblements d’oiseaux (concours, expositions, marchés) ou de faire participer des oiseaux provenant de ZRP à des rassemblements hors ZRP, sauf dérogation sous conditions strictes,
  • pour la chasse, l’interdiction de transport et de lâcher de gibier à plumes, et l’interdiction d’utilisation d’appelants et de transport d’appelants issus de ZRP, sauf dérogation sous conditions strictes.

Des dérogations seront envisagées avec les acteurs dans le respect des textes applicables. 

Cette prévention a pour but de protéger les volailles d’une potentielle contamination qui aurait des conséquences graves pour le département, très tourné vers les productions avicoles, avec des enjeux importants en matière d’exportations d’animaux vivants, de génétique aviaire et de viande de volailles.

Pour mettre en œuvre ces mesures, l’ensemble des acteurs concernés (mairies, services de l’Etat, éleveurs, vétérinaires, fédération de chasse) ont été informés par la préfecture et la DDPP.

Pour rappel, la consommation de viande de volaille, foie gras et œufs ne présente aucun risque pour l’homme.

Filières Avicoles - Formules d'abonnement

DE L'ÉLEVAGE À LA TRANSFORMATION DES VOLAILLES ET DES ŒUFS

● L'actualité forte et les données économiques de chaque filière
● De nombreux reportages en élevages et dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion

Profitez d'une offre découverte 3 mois