Une technique de formulation plus économique

354

Si elle est facile à mettre en œuvre, la technique de formulation « multi-phases » actuellement employée par les nutritionnistes de la filière avicole a l’inconvénient de ne pas répondre précisément aux besoins des volailles qui évoluent quotidiennement. Les apports sont donc régulièrement sous ou surestimés par rapport aux besoins réels des animaux, sachant que plus le nombre de phases est élevé, plus les moments où les apports sont en excès sont réduits. Léonie Dusart (Itavi) a présenté le 13 novembre à Rennes lors de la Journée nationale dédiée aux professionnels Volailles de chair, une technique de formulation alternative permettant une meilleure adéquation entre apports nutritionnels et besoins des poulets de chair, réduisant par la même occasion les coûts de formulation et les rejets d’azote et de phosphore dans l’environnement. Cette technique de formulation développée dans le cadre du programme de recherche Feed-a-Gene en vue d’améliorer l’efficacité des élevages monogastriques, repose sur une optimisation dite bilinéaire.

L’idée est de distribuer un aliment collant au plus près aux besoins des volailles en fabriquant chaque jour la recette optimale sur l’élevage à partir d’un aliment complet et de deux à trois pré-mélanges dont on va ajuster les proportions. Cela suppose des équipements adaptés, à savoir un nombre de silos adéquat et une trémie peseuse-mélangeuse, « les boitiers de régulation déjà présents dans les élevages sont capables de gérer la fabrication de l’aliment », déclare-t-elle.