Recherches sur le comportement animal

172

L’équipe Cognition-Ethologie-Bien-être animal de l’Inra Val de Loire animée par Ludovic Calandrau, a développé des méthodologies permettant d’évaluer les capacités cognitives des animaux d’élevage (capacité à acquérir des connaissances sur leur environnement), et notamment des poules pondeuses ou des cailles japonaises. Comprendre la façon dont un animal apprend et traite les informations, comment il analyse et interprète son environnement, va permettre de concevoir des systèmes d’élevage adaptés ou bien de modifier le management de manière à stimuler et optimiser les capacités de l’animal.

« Nous travaillons sur la caille japonaise, très proche de la poule en termes de comportement, pour étudier les phénotypes d’émotivité et de sociabilité et mieux comprendre les comportements émotionnels des oiseaux. On s’intéresse de plus en plus aux émotions positives afin d’identifier de nouveaux indicateurs de bien-être », précise Ludovic Calandrau. Par ailleurs, nous étudions l’effet de stimulations cognitives dans le jeune âge. En effet, plus l’animal est stimulé dans le jeune âge, plus ses capacités d’apprentissage seront développées et plus il sera à même de traiter l’information de son environnement et de s’y adapter. Les animaux auront ainsi tendance à mieux explorer et utiliser leur environnement (nids, toute la surface du bâtiment) plutôt qu’à rester agglutinés. Autre enseignement : la peur et le stress affectent de façon très importante les capacités cognitives des individus et en premier les facultés de mémoire explicite, dont la mémoire spatiale.

E.V