Que faut-il attendre de l’Union Européenne ?

2877

À l’heure où certains professionnels s’inquiètent de la hausse des importations en provenance d’Ukraine ou craignent une nouvelle mise aux normes bien-être au niveau européen, Paul Lopez, président de l’AVEC (Association des industriels européens de la volaille) nous rappelle en quoi l’Union Européenne (UE) est, avant tout, une opportunité pour la filière.

Comment se porte la production avicole à l’échelle européenne ?

La production européenne progresse régulièrement depuis 2000. On est ainsi passé d’environ 9 millions de tonnes en 2000 à 14,6 millions de tonnes en 2017, et d’une consommation par habitant européen de 20 kg en 2010 à 27 kg en 2017. D’une année sur l’autre, la hausse reste modérée, ce qui garantit une croissance saine et non erratique, permettant de donner confiance en l’avenir.

La balance commerciale de l’Union Européenne tire-t-elle parti de cette conjoncture favorable ?

Nos exportations en volume sont bien supérieures aux importations, puisque l’on exporte près de 1,5 million de tonnes contre 800 000 tonnes importées. En revanche, nous importons des produits à 2,50 euros le kilo et contre 1,20 euro le kilo pour les produits exportés. Au global, nous atteignons une balance commerciale économiquement équilibrée, et ce, pour la première fois, puisque jusqu’alors elle était toujours déficitaire en valeur.

Qu’en est-il des relations commerciales avec les Pays-Tiers ?

Parmi les dossiers qui nous préoccupent au niveau européen, il y a les échanges avec le Brésil et la Thaïlande. Les importations issues du Brésil ont fortement diminué, car leurs produits ont fait l’objet de fraudes (NDLR : En mars 2017, le pays était accusé de falsifier ses analyses pour exporter des viandes avariées ou contaminées à la salmonelle) et ne respectaient plus la règlementation européenne a minima.

De son côté, la Thaïlande est devenue au premier semestre 2018 et pour la première fois de l’histoire, le premier fournisseur de l’UE, passant ainsi devant le Brésil, qui était notre numéro un historique.

Par ailleurs, du côté des exportations, l’accord récent avec le Japon devrait ouvrir de nouvelles perspectives de débouchés.

L’accès à la totalité de l’article est réservé aux abonnés à Filières Avicoles.

Entrez votre identifiant et votre mot de passe
pour découvrir la suite

ou

rendez-vous dans notre boutique
pour plus de renseignements
sur nos formules d’abonnement.