N°820 – Juin 2018

1496

A LA UNE – Interprofession: La grande interpfession Volaille de chair voit enfin le jour ! – Tête à Tête : Le Cifog dévoile son plan de filière ! – Les GensVie des entreprises : Oxy’pharm se développe en aviculture – Groupe Doux : le verdict – Les couvoirs Couvéo repris par le groupe LDC – Les brèves : La filière avicole lance le label Œufs de France – Rippa-Rippoc 2018 : Tous ensemble contre l’antibiorésistance !

ECONOMIE – Marché : Le foie gras, définitivement plus cher ! – Gestion : Congés payés : mode d’emploi – Les graphes – Les brèves

FILIERES – Volailles de chair : Triskalia section chair : l’activité tirée par le poulet – Une aide d’1,335 M€ sur 3 ans pour la filière Auvergne Rhône Alpes – La filière volailles de chair décidée à lever les freins – Armor oeufs : dialogue renforcé entre amont et aval

TECHNIQUE – Porte ouverte : Une offre biosécurité et confort clé en main – La poule s’acclimate à la volière grâce au filet – Oncle et neveu optent pour une volière plein air – À 21 ans Lucie se lance dans la production d’oeufs bio – Julien Nail élève ses poulets en musique ! – Des premiers pas prometteurs à Danzé (41)

CE MOIS-CI – Spécial Viv Mea : Rencontre du Moyen-Orient et de l’Afrique – La technologie française plébiscitée !

[ult_buttons btn_title= »Acheter ce numéro » btn_link= »url:%20http%3A%2F%2Fwww.editionsduboisbaudry.com%2F26-filieres-avicoles%23cat_28||target:%20_blank| » btn_size= »ubtn-large » btn_title_color= »#ffffff » btn_bg_color= »#dc0a17″ btn_hover= »ubtn-fade-bg » btn_bg_color_hover= »#000000″ icon= »Defaults-check » icon_size= »32″ btn_icon_pos= »ubtn-sep-icon-right-push » btn_font_size= »desktop:24px; »]

emeline-nvxL’EDITO – Soulagement !

Bien que fortement pressentie, la décision du tribunal de commerce de Rennes d’accepter l’offre du consortium LDC, s’avère un véritable soulagement pour les acteurs de la filière avicole française qui redoutaient à l’origine l’arrivée de l’ukrainien MHP.  C’est sans aucun doute la meilleure des solutions que l’on pouvait espérer même si elle signe l’arrêt du site vendéen de Chantonnay, d’autant que les salariés de l’abattoir vont se voir proposer un emploi sur les unités de production du groupe LDC implantées dans un rayon de 25 kilomètres. Au final, cette solution collégiale doit permettre de préserver la majorité des emplois.

Du côté des éleveurs également, les dommages devraient être limités grâce à la solidarité de tous.

L’offre prévoit en effet le maintien des activités et des éleveurs en Bretagne dans le cadre de la société mixte Yer-Breizh (LDC Amont, Al Munajem, Triskalia, Terrena et Région Bretagne) et en Vendée suite à un accord conclu entre Terrena et LDC. Par ailleurs, les éleveurs vendéens devraient recevoir un coup de pouce des pouvoirs publics (département, région) leur assurant la continuité de leur activité sans perte financière et sans nouvelle obligation d’investir.

La filière française ainsi réorganisée devrait pouvoir retrousser les manches et s’atteler à explorer les six pistes esquissées par le néerlandais Nan-Dirk Mulder pour regagner de la compétitivité, à savoir :

  • réduire les coûts de production en modernisant les outils de production pour davantage de productivité,
  • viser le leadership européen au lieu de se focaliser sur le leadership national,
  • investir en Europe de l’Est, secteur en pleine croissance,
  • investir dans la valeur ajoutée et la création de nouveaux concepts en aviculture (BE, santé, environnement, local),
  • actionner les leviers pour regagner des parts de marché sur le territoire français,
  • saisir les opportunités d’investissement sur les marchés non européens.

Créativité et persévérance seront les bienvenues…

Émeline Viénot, Rédactrice en chef.