N°824 – Novembre 2018

1790

A LA UNE – Rencontre : L’éleveur et son bien-être au coeur du Space 2018- Tête à tête : LIT Ouesterel : réconcilier élevage et société – Vie des entreprisesLes Gens Les brèves

ECONOMIE – Marché : Comment répondre au discours anti-viande ? – Gestion : Cession de bail : une démarche à anticiper – Les Graphes Les brèves

FILIERES – Volailles de chair : Univol : Garder des capacités d’export et reconquérir le marché – Volailles de chair : Le Gevaba s’inscrit dans la démarche Nature d’éleveurs – Volailles d’Albret veut mieux s’adapter à la demande- Sud-Est : Afivol, Réduire les coûts au profit des investissements – Les Brèves

TECHNIQUE – Porte ouverte : Un nouveau bâtiment pour maintenir la production Un bâtiment canard novateur en lumière naturelle – Visite d’élevage : Confort et hygiène pour optimiserles performances des dindes – Santé : Les moyens de lutte utilisés contre les coccidioses aviaires – Pratiques d’élevage et risques de propagation des virus IA – Des conseils pour éviter les entérites bactériennes – Alimentation : Des défauts à corriger en agissant sur tous les fronts Brèves techniques

CE MOIS-CI : Pratiques d’élevage et risques de propagation des virus IA

emeline-nvxL’EDITO – Le bonheur au travail…

Aujourd’hui, de nombreux secteurs d’activitésdont la restauration, l’industrie, le commerce peinent à trouver de la main-d’œuvre, voire à la fidéliser, et les filières de productions avicoles n’échappent pas à ce phénomène. Chauffeurs livreurs, monteurs de matériel ou de bâtiments, salariés de couvoirs, abattoirs, usines de transformation… Même au maillon élevage, il manque de volontaires pour se lancer dans l’aventure, lorsque ce ne sont pas les salariés agricoles qui font défaut.

Comment susciter les candidatures ? Comment maintenir les professionnels une fois formés dans l’entreprise ? Comment entretenir la motivation, le sérieux, la rigueur, l’esprit d’initiative et la créativité des équipes ? Ce sont des questions auxquelles les employeurs vont devoir apporter des réponses…

Pour attirer les jeunes, le recours aux nouvelles technologies et la dimension internationale des postes semblent des sésames avérés. Par ailleurs, l’aspect rémunération n’est plus l’arme de séduction par excellence même si elle reste au centre des discussions, en revanche les notions d’accomplissement de soi et de bonheur au travail sont devenues des préoccupations majeures.

Ces notions ont d’ailleurs fait leur apparition au dernier Space avec l’intervention de la Fabrique Spinoza qui a permis de mieux cerner la notion de bonheur au travail dans le monde agricole, étayée par le témoignage de plusieurs éleveurs bien engagés sur cette voie.

Bonne nouvelle pour les employeurs : différentes études ont montré que le bonheur au travail était fortement corrélé avec efficacité, performance, créativité et santé. Les collaborateurs heureux au travail sont aussi plus fidèles à leur employeur.

Parmi les principaux facteurs conditionnant le bonheur au travail, citons les aspects mode d’organisation, formation et perspectives, nature du travail, conditions de travail/sécurité, relation à la vie privée, rémunération/avantages, gouvernance/valeurs, relations humaines/management.

Émeline Viénot, Rédactrice en chef.