N°814 – Décembre 2017

1158

A LA UNE – Salon : Le Sommet de l’élevage en plein essor ! – Tête à tête : L’avis d’un accouveur indépendant – Rencontre : La filière foie gras prend un maximum de precautions – Les GensVie des entreprises : La sélection Cherry Valley cédée à un consortium chinois – Les brèves : Elargissement du conseil d’administration d’Avipole Ploufragan – Naissance de L’Oeuf de France

ECONOMIE – Marché : Marché mondial et viandes de volaille – Gestion : Loi de finance, les nouvelles mesures – Les graphesLes Brèves

FILIERES – Sélection/Accouvage : Le poulet français sous pavillon européen ! – Canard en quête de pérennité économique

TECHNIQUE – Porte ouverte : « Nature d’éleveurs » se déploie sur le terrain – Robots à l’honneur au Space – Les brèves

CE MOIS-CI – Loi de finance : découvrez les nouvelles mesures pour 2018

emeline-nvxL’EDITO – Objectifs atteints, efforts à poursuivre…

On peut se réjouir des bons résultats dévoilés par l’Anses mi novembre concernant la baisse de l’exposition aux antibiotiques pour les différentes espèces animales suivies. L’objectif de réduction de 25 % de l’utilisation des antibiotiques en 5 ans fixé par le premier plan Ecoantibio a été atteint et même largement dépassé ! En filière volailles, la baisse par rapport à l’année 2011 se chiffre à -42,5 %, contre -41,5 % pour la filière porcine,-37,6 % pour les lapins, -24,3 % et -19,4 % pour les chats et chiens. Depuis le début du suivi en 1999, l’indicateur d’exposition des animaux aux antibiotiques (ALEA) a diminué de 31,4 % en France. Sur les 5 dernières années, l’exposition globale a diminué de 36,6 %.

En 2016, le volume total des ventes s’élève à 530 tonnes d’antibiotiques et s’inscrit en baisse de 18,5 % par rapport à la moyenne des années 2014 et 2015 (651 tonnes) tandis que l’ALEA recule de 20,5 % par rapport à la moyenne des années 2014 et 2015.

Si l’on examine de plus près la situation concernant les antibiotiques d’importance critique, à savoir les fluoroquinoles, les céphalosporines de 3ème et 4ème génération et la colistine, là aussi les réductions vont au-délà des attentes ou sont en bonne voie (colistine). L’exposition aux Céphalosporines de dernières générations a ainsi diminué de 81,3 % en 2016 par rapport à 2013, toutes espèces confondues. Dans le même temps, l’exposition aux fluoroquinolones a été réduite de 74,9 % (-45,3 % en filière volailles).

Quant à l’objectif de réduction de 50 % en 5 ans de l’exposition à la colistine en filières bovine, porcine et avicole fixé par le plan Ecoantibio 2 (référence ALEA moyen 2014-2015), avec un ALEA de 0,064 pour l’année 2016, l’exposition à la colistine a diminué de 40,3 % par rapport à l’exposition moyenne calculée pour les années 2014 et 2015 (-26,7 % en volailles). Les efforts sont donc à poursuivre voire à accentuer concernant ce dernier antibiotique…

Il faut dire qu’E.coli donne du fil à retordre aux filières avicoles, néanmoins certains éleveurs passent au travers des mailles du filet et arrivent à élever des lots de volailles sans antibiotique sur le long cours. Une qualité d’eau adéquate et une biosécurité irréprochable font partie de la solution.

Émeline Viénot, Rédactrice en chef.