L’Anses alerte sur la toxicité des LED bleues

474

Alors que l’usage des LED se généralise pour l’éclairage et que les objets à LED se multiplient, l’Anses publie la mise à jour de son expertise de 2010 relative aux effets sanitaires des LED au regard des nouvelles connaissances scientifiques disponibles. L’Agence confirme la toxicité de la lumière bleue sur la rétine et met en évidence des effets de perturbation des rythmes biologiques et du sommeil liés à une exposition le soir ou la nuit à la lumière bleue.

L’expertise de l’Anses a consisté à mettre à jour l’état des connaissances depuis 2010 sur les différents effets sanitaires susceptibles d’être associés à l’exposition à la lumière riche en bleu et aux autres caractéristiques des LED, qui se distinguent des autres technologies d’éclairage. Elle s’est, pour cela, appuyée sur une méthodologie d’évaluation des niveaux de preuve associés aux effets sanitaires considérés. Au total, plus de 600 publications scientifiques ont été analysées.

Les effets de toxicité de la lumière bleue confirmés

L’exposition aiguë à une lumière bleue intense peut conduire à la longue à une baisse de l’acuité visuelle définitive, partielle ou totale. L’expertise de l’Anses menée en 2010 mettait en évidence la toxicité de la lumière bleue pour la rétine. Les nouvelles données scientifiques confortent ce résultat et permettent d’identifier des effets phototoxiques à court terme liés à une exposition aiguë à une lumière riche en bleu, et des effets à long terme liés à une exposition chronique pendant plusieurs années. Certaines études expérimentales sur l’animal démontrent par ailleurs que la rétine est plus vulnérable aux effets de phototoxicité pendant la nuit.