Impact du spectre lumineux sur les volailles

842

Le spectre lumineux a un effet indéniable sur la croissance et le comportement des volailles. La plaquette « De la lumière à léclairagisme » rédigée par la Chambre d’agriculture Pays de la Loire en collaboration avec la société Transaxe, l’Itavi, Elinnove, Sodalec, la Chambre d’agriculture de Bretagne, Chêne Vert Conseil, Hy-Line France, aborde notamment cet aspect.

Il a été montré que les oiseaux ont un comportement plus actif, voire agressif lorsqu’ils sont exposés à la lumière rouge. Celle-ci aurait aussi tendance à stimuler sexuellement les volailles de manière plus forte qu’en lumière bleue ou verte.

Il semblerait qu’une lumière bleue ou verte soit préférable pour la croissance des volailles. En revanche, la production d’oeufs ne semble pas être impactée par les différentes longueurs d’onde.

La lumière bleue peut être aussi utilisée pour immobiliser les volailles lors d’un enlèvement, comme le laisse à penser le comportement d’immobilisation adopté par les oiseaux la nuit. Toutefois, certaines longueurs d’ondes dans le bleu-violet (415-455 nm) sont dangereuses chez l’homme et peuvent accentuer les problèmes de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Aussi le travail prolongé sous exposition à la lumière bleue doit être suivi avec attention.

La lumière naturelle voit son spectre lumineux évoluer au cours des saisons. Il est continu et sans pic particulier. L’été, il y a peu de bleu, un peu de vert, et beaucoup de rouge. Ce type de spectre semble plus adapté à la vision des volailles qui sont plus sensibles à une lumière rouge mais qui peuvent devenir plus agressives. L’hiver, cette proportion de rouge et de bleu s’inverse, avec une situation plus propice à des volailles calmes et une meilleure croissance. De manière à lisser cette variation de spectre, l’ajout d’un éclairage artificiel peut ainsi venir compléter les manques de la lumière naturelle.