Gestion de l’éclairage dans la douceur

384

A 8 semaines, les poules doivent être capables de se percher et de rentrer dans le système volière tous les soirs lorsque l’éclairage dégressif démarre. Prenons par exemple le coucher à 20 heures, la lumière du plafond s’éteint sur 15 minutes, à 20h10 c’est la lumière du premier niveau qui commence à baisser, à 20h25, toutes les poulettes sont rentrées dans le système et les lumières du 1er et 2ème étages sont éteintes. La phase d’apprentissage pour habituer les poules à remonter dans le système dure environ 5 jours, les premiers jours, l’éleveur doit aider les animaux à remonter. « Si le soir, 4 à 5 % des animaux sont au sol à l’extérieur du système, ce n’est pas bon, l’éclairage dégressif doit être adapté » et il existe des systèmes adéquats, a déclaré Laurent Richard (Hy-Line France) lors de son intervention à la journée technique organisée par l’Amicale des techniciens d’Avipole Formation.

La gestion de l’éclairage est également déterminante au transfert. L’éleveur de pondeuses doit se renseigner sur les conditions d’éclairage pratiquées en poussinière (15-20 lux préconisés) et reproduire la même chose (durée, intensité) durant les 3-4 jours suivant la mise en place des animaux afin de limiter le stress et éviter les problèmes d’adaptation. Ensuite, l’éleveur pourra augmenter de 5 lux tous les 3-4 jours pour atteindre 35-40 lux dans tout le bâtiment. « L’éclairage doit être homogène, un écart de 5 lux suffit pour avoir de la ponte hors-nid », annonce-t-il. Laurent Richard préconise d’augmenter la durée d’éclairage de une heure à 30 %, 60 % et 90 % de ponte en alternant soir, matin, soir. « Certains néons fluorescents placés en sous-toiture scintillent et provoquent du stress chez les animaux, à éviter…», met-il en garde.

L’allumage s’étale sur 15 minutes : d’abord la sous-toiture, puis le module et pour finir le sol ; l’extinction sur 45 minutes dans l’ordre inverse : de 19 h à 19h15 pour le sol, de 19h10 à 19h30 pour le module et de 19h25 à 19h45 pour la sous-toiture, cite-t-il en exemple. « Il est possible d’éteindre la lumière plus tard au niveau des pipettes et d’allumer plus tôt en fonction de la ponte hors-nid », précise-t-il. De même, ce dernier conseille de laisser éclairé le niveau où se situe les pondoirs, l’eau et l’aliment, même la nuit, afin de permettre aux retardataires de remonter dans les étages.

Pour les pondoirs équipés de lampes, Laurent Richard conseille de les laisser allumées en permanence les 7 premiers jours, puis une heure avant allumage et jusqu’à 11 heures. Selon lui, mieux vaut ouvrir les pondoirs dès le transfert (24h/24 les 7 premiers jours), surtout avec les lots de poules rousses. Ensuite, les ouvrir une heure avant l’allumage et les fermer deux heures avant l’extinction.