Dinde : les bâtiments clairs sont-ils pertinents ?

1224

Erwan Thepault, éleveur de dindes à Plougonver pour LDC Amont/Huttepain Bretagne, dispose de deux bâtiments. L’un entièrement neuf, de 1500 m2 et l’autre de 1979 rénové à plusieurs reprises. Il fait le point sur cette dernière année et évoque les prochaines contraintes d’aménagement, avec notamment la question des bâtiments clairs dans le cadre de la charte LDC Nature d’Eleveur.

Comment s’est passée cette première année avec votre bâtiment neuf ?

Le bilan de cette première année est plutôt positif. Nous avons obtenu de bons résultats techniques. Le bâtiment est performant.

Quel est le principal changement dans votre gestion entre le bâtiment neuf et le bâtiment ancien ?

Le bâtiment plus ancien est en Colorado tandis que le bâtiment récent est en ventilation pignon avec un boitier Avitouch. Les premiers jours ont été un peu compliqués pour parvenir à trouver les bons réglages. Lors du deuxième lot, c’était déjà beaucoup mieux et le troisième lot, nous étions au point. C’est surtout au début que nous avons dû trouver les réglages, après c’était une question de perfectionnement.

Quelles sont les autres différences majeures avec votre ancien bâtiment ?

La pailleuse Dussau nous change la vie. Je ne reviendrais pas en arrière sur ce point. C’est un outil quasiment indispensable en dinde. Il existe sans doute sans plusieurs matériels de qualité, mais la Dussau fonctionne très bien.

Vous aviez construit un tunnel pour le desserrage. Le système fonctionne-t-il bien ?

Je trouvais finalement que la densité dans le bâtiment neuf était trop importante et générait une dégradation rapide de la litière. Par conséquent, je préfère désormais démarrer chaque lot dans chaque bâtiment. C’est un coût supplémentaire en matière de chauffage et main d’œuvre, mais on s’y retrouve sur la qualité de la litière.

Plus globalement, êtes-vous satisfait de vos choix en matière d’équipements ?

Oui. Je constate que les pipettes fonctionnent très bien en démarrage. J’ai été surpris de l’adaptation des dindes. Ensuite, je passe en Plasson vers 30 jours.

Avez-vous des projets à venir ?

Dans le cadre de la charte LDC Nature d’Eleveur, nous devons passer en bâtiment clair. L’engagement est pris pour 2020. Cependant, j’ai quelques craintes à ce sujet. Si la lumière naturelle peut-être bénéfique en poulets de chair, on constate qu’en dinde, plus l’environnement est lumineux, plus les mâles dominants piquent les dindes plus jeunes. Autour de nous, tous les éleveurs de dindes font le même constat, la lumière naturelle va rendre la gestion d’ambiance dans les bâtiments plus compliquée. Un vétérinaire m’a également confirmé que la dinde est un animal qui, à l’état naturel, va plutôt chercher les endroits sombres.

Donc à l’heure actuelle, nous cherchons des solutions pour limiter le piquage : pierres à piquer, jouets, etc. Des discussions sont également en cours avec LDC sur la gestion des animaux en lumière naturelle. Pour les éleveurs, cela risque de ne pas être facile à gérer.

La démarche a été pensée pour donner une meilleure image de l’élevage vis-à-vis des consommateurs. L’idée est bonne, mais en l’occurrence, concernant la lumière naturelle, il n’est pas certain que cela contribue effectivement à améliorer le bien-être de la dinde.