Des filets en volière pour accompagner les poulettes

1365

Il y a un an, l’EARL des Trois Sites inaugurait un poulailler de 1950 m2 situé à La Motte (22). L’atelier de 30 000 poules pondeuses, conçu par Gwénael et Magalie Carrée vient s’ajouter à l’élevage de 80 000 poules en code 3. Particularité de cet élevage, le couple a installé des filets de part et d’autre de la volière afin de laisser le temps à la poule de s’habituer au système avant d’accéder au sol.

Êtes-vous satisfait du système de volière avec filets au démarrage ?

Oui, je n’ai gardé les filets que 5 jours, car les poules avaient été élevées dans de bonnes conditions et se sont assez vite approprié les lieux. J’ai trouvé qu’elles étaient un peu confinées. C’est aussi pour ça que j’ai souhaité les lâcher rapidement. Le premier soir, j’ai constaté qu’elles remontaient aussi facilement en haut de la volière donc je n’ai pas eu besoin de reposer les filets.

Avez-vous l’intention de retenter l’expérience pour votre second lot ?

Oui, pendant quelques jours. Cela dépendra du comportement des poules.

Quels sont vos résultats en terme de ponte au sol ?

J’en ai très peu. J’ai quelques œufs hors nids, dans la volière. On a atteint 600 à 700 œufs hors nids, puis on est retombé à 400 œufs par jours. Cela reste correct sur la production totale.

Avez-vous effectué des modifications sur le bâtiment plein air ?

Aucun. Nous avons adapté la lumière par rapport au comportement des poules, mais cela s’est fait assez rapidement.

Les poules se répartissent-elles bien sur le parcours ?

Non, il y a quelques poules qui sortent, mais c’est seulement autour de 10 % du cheptel. Cela dépend le temps qu’il fait. Elles évitent de sortir quand il pleut, qu’il fait froid, ou encore quand c’est trop ensoleillé. Elles sortent plutôt quand il commence à faire sombre.

Le parcours est-il arboré ?

Non, j’ai installé quelques constructions en palettes. Elles vont un peu dessous. Je vais probablement ajouter des plantations pour les encourager à sortir.

Avez-vous des projets ?

Peut-être un agrandissement du bâtiment en code 2, mais rien n’est décidé à ce jour.

Avez-vous toujours le projet de monter un élevage bio ?

Non, j’ai changé d’avis. Le marché est en train d’exploser, avec un risque de saturation. Par ailleurs, je pense que le mode de travail en bio n’est pas fait pour moi.