Cages recyclées et arrivée de deux volières

588
Patrick et Martine Hervault, aux côtés de leur fils Adrien, et de Dominique Bazin (Pier Services) le jour de l’inauguration des deux bâtiments volières.

Ce sont les premiers producteurs d’œufs de code 3 à avoir franchi le cap au sein du groupement Armor Œufs : Martine et Patrick Hervault ont vendu leurs cages aménagées à une société de recyclage pour se reconvertir dans la production d’œufs plein air avec deux bâtiments équipés de volières de respectivement 28 000 et 22 000 poules.

« C’était le moment ou jamais… Nous avons respectivement 56 et 51 ans, les cages étaient amorties, nous arrivions en fin de contrat (code 3) et notre fils Adrien a l’intention de s’installer sur l’exploitation dans une paire d’années, une fois ses études terminées », explique Patrick Hervault, installé aux côtés de son épouse Martine sur la commune de Mauron (56). « Les cages auraient pu tourner encore une dizaine d’années, elles venaient juste d’être amorties… Mais les tendances sociétales changent, nous avons décidé d’évoluer et de sauter le pas en s’orientant vers la production d’œufs plein air », poursuit-il.

La décision a été prise au moment du Space 2016, un an plus tard, lors de la porte ouverte du 23 septembre organisée par Sanders, c’est un atelier avicole complètement repensé qu’ont pu découvrir les visiteurs. Seul l’effectif total de poules sur l’exploitation n’a pas changé : 50 000 poules pondeuses !

Les éleveurs ont participé à une partie des travaux visant à transformer le poulailler chair : démolition du pignon, creusement et préparation du sol pour gagner en hauteur et pouvoir bétonner, travaux de terrassement pour les parcours. Moyennant quoi, ils ont économisé entre 20 000 et 30 000 euros, ramenant le coût total de l’investissement à 21,3 €/poule.

E.Viénot

Retrouvez l’article complet dans notre numéro de janvier.